forum échange ITBt 2016/2018 orleans

lieu échange itbéiste
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Question 32 : Selon vous est-il souhaitable de rechercher un abaissement du point mort ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

La réponse apportée vous convient-elle?
 oui
 non
 je ne sais pas
Voir les résultats
AuteurMessage
Romain Belmoumene
visiteurs


Messages : 5
Date d'inscription : 05/02/2017

MessageSujet: Question 32 : Selon vous est-il souhaitable de rechercher un abaissement du point mort ?    Jeu 2 Mar - 12:23

Question 32 : Selon vous est-il souhaitable de rechercher un abaissement du point mort ?



Introduction :

Qu’il s’agisse de croissance interne ou externe, le développement de son activité est un puissant moteur de motivation pour une entreprise. Mais diriger, c’est aussi prévoir et décider. Et à cet effet, le responsable d’entreprise dispose de nombreux outils d’aide à la décision.
Parmi ceux-ci, l’étude du seuil de rentabilité et du point mort doit être systématiquement évoquée par le banquier lors d’un entretien avec le chef d’entreprise afin de s’assurer qu’il a lui-même analysé ces éléments de base face aux projets qu’il initie et la faisabilité inhérente.

Au niveau financier et comptable, le point mort est la date à partir de laquelle une entreprise va commencer à devenir rentable.
Il s’agit donc d’une notion de temps liée à un seuil de rentabilité, qui lui se mesure en niveau de chiffres d’affaires minimum à atteindre.
Lorsque le niveau d’activité par l’ensemble des produits est égal à l’ensemble des charges, le bénéfice est nul est peut donc croitre à partir de cet instant.

Le point mort est ainsi un outil de décision pour le lancement d’un projet, produit… ou la décision de le retirer du marché.
L’information principale est d’obtenir un niveau de CA à partir duquel l’activité est rentable et arriver à le transposer en termes de temps et/ou quantité de production vendue.
Il permet également de connaître la marge réellement dégagée par l’entreprise à un moment donné.

Ainsi, est-ce qu’une entreprise qui a définit son point mort et son seuil de rentabilité peut envisager de diminuer ces derniers ou non ?

Dans une première partie, nous allons ainsi expliquer pourquoi et comment baisser le point mort, pour analyser ensuite les limites de son abaissement.


1ère partie : Pourquoi et comment baisser le point mort ?

a) Pourquoi ?

Le point mort est donc la date à laquelle le seuil de rentabilité d’une entreprise est atteint.
Le seuil de rentabilité représente le niveau d’activité nécessaire afin que l’entreprise couvre l’ensemble de ses charges.
Le point mort est donc indissociable de la notion de seuil de rentabilité.
L’entreprise supporte des charges fixes, appelées « charges structurelles » qui sont nécessaires pour le bon fonctionnement de l’entreprise. Elles dépendent de la structure de production (loyers, amortissements), de la structure humaine (rémunérations et charges sociales) et de la structure financière.
Dans la théorie, ces dernières sont indépendantes du niveau d’activité ou des quantités produites. Dans les fait, ces charges évoluent par paliers, avec le niveau d’activité (exemple : nouvelle machine, nouveau local).
L’entreprise supporte également des charges variables, appelées « charges opérationnelles » correspondant aux coûts des facteurs de production dont le niveau varie avec le niveau d’activité de l’entreprise ou les quantités produites : achats de marchandises ou matières, consommations énergétiques, sous-traitance…
Notons toutefois que la distinction entre charges variables et charges fixes n’est pas toujours évidente car certaines charges sont parfois mixtes, car composées d’une partie fixe et d’une partie variable (exemple : rémunération fixe + commissions).
Ainsi, l’analyse de point mort est avant tout une technique analytique permettant l’étude des relations qui existent entre les coûts fixes, les coûts variables et son chiffre d’affaire (production * prix de vente).
L’analyse de la répartition des CF et CV permet également d’étudier son exposition à la conjoncture.

L’abaissement du point mort d’une entreprise apparaît comme réducteur de sa vulnérabilité : plus le point mort est élevé, plus il faudra de temps pour atteindre son point d’équilibre, ce qui traduit un risque opérationnel plus grand.
Il est d’ailleurs important de noter qu’il existe autant de seuil de rentabilité que de prix de vente possible, ou que de produits lancés sur le marché.

(Rappel seuil de rentabilité : se calcule via la marge sur coût variable (MCV) et le taux de marge sur coûts variables (TMCV) :
MCV = Chiffre d’affaire – coûts variables
TMCV = MCV /Chiffre d’affaire
Seuil de rentabilité = coûts fixe / TMCV)


b) Comment ?

Comme évoqué précédemment, les notions de point mort et de seuil de rentabilité sont étroitement liées à l’analyse des charges selon le critère de variabilité ou de fixité. Le suivi de l’évolution de ces charges est primordial. Plus les CF sont élevés, plus le résultat est volatile, ce qui induit une faible marge de manœuvre face à une conjoncture défavorable.
Plus tôt le point mort est atteint, plus vite l’entreprise est sécurisée.
Afin de baisser son point mort l’entreprise doit soit baisser ses charges, soit augmenter ses prix.
Cela révèle la stratégie industrielle ou commerciale de l’entreprise. L’entreprise doit alors trouver les ressources afin de se développer tout en recherchant à réaliser des économies d’échelle, la plaçant progressivement dans une zone de moindre fragilité
Les secteurs cycliques auront tout intérêt à privilégier les CV afin de gagner en flexibilité face à une conjoncture changeante.
Il faut noter que l’endettement alourdit les charges financières. Dans le cadre d’un investissement la nécessité de l’effet de levier prend alors tout son sens.

La recherche de productivité, l’abaissement des coûts d’approvisionnement, la limitation des frais fixes… Toutes les voies d’économies, de performance collective, d’abaissement de coûts non directement utiles au projet sont à rechercher.
La baisse du prix de vente entrainera certainement une hausse des quantités vendues alors que la hausse du prix de vente pourrait rentabiliser une activité jusqu’alors peu rentable.
Attention aux raccourcis, la production d’un produit non rentable dans l’absolu ne nécessite pas forcément de le retirer car il permet peut-être la réalisation d’une économie d’échelle sur la production d’autres produits phares de l’entreprise.

La recherche d’innovation ou de qualité sont également à souligner.





2ème partie : Les limites de l’abaissement du point mort.

Malgré l’aide et la sécurisation qu’il représente, l’abaissement du point mort peut générer un risque de perte en qualité.

En effet, s’il est souhaitable de dépasser rapidement et significativement son seuil de rentabilité, il n’est en revanche peut-être pas opportun d’abaisser ce seuil au détriment de la qualité de l’offre et par conséquent de la satisfaction client.
Dans le cas contraire, un stratégie low-cost doit être politiquement établie afin de ne pas dégrader l’image et la réputation de l’entreprise.
La perte de confiance, de crédibilité ou de notoriété sont autant de remise en cause du savoir-faire et du professionnalisme à éviter.
Tout est donc une affaire de dosage, de proportion.

La recherche de l’abaissement du point mort peut également conduire à freiner la croissance.
En effet, la poursuite de la progression du chiffre d’affaires entrainera une adaptation nécessaire des structures, et donc une augmentation du point mort.
Si on recherche uniquement l’abaissement de ce dernier, cela ne veut-il pas dire que l’on bloque la croissance du CA de l’entreprise ?


Conclusion :

L’objectif pour toute entreprise est de se développer dans de bonnes conditions, autrement dit, en maitrisant sa croissance.
En s’aidant de l’outil du point mort et du seuil de rentabilité, l’entreprise augmente sa capacité à faire face à une conjoncture défavorable ou à des difficultés passagères, elle réduit sa vulnérabilité et accroit son espérance de vie.
Toutefois, cela reste une technique simpliste. Elle ne peut pas justifier à elle seule la décision d’investissement qui nécessite d’intégrer des données de positionnement de l’entreprise sur son marché.
De plus, elle ne permet pas de comparer les différentes utilisations possibles des fonds de l’entreprise.
L’existence d’autres soldes intermédiaires de gestion (comme l’EBE) peut ainsi se montrer plus pertinent quant à l’ouverture donnée sur la rentabilité.
Mais bien qu’insuffisant, le point mort demeure une information nécessaire pour un partenaire financier, car identifiable aux yeux des banques et actionnaires.
Revenir en haut Aller en bas
 
Question 32 : Selon vous est-il souhaitable de rechercher un abaissement du point mort ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Sondage]Danse avec les stars 2 : Qui va gagner selon vous ?
» Selon-vous, quels sont les "MUST HAVE" à posseder chez mac
» ''LE'' produit Mac selon vous.....
» Quelle est la plus grande invention du 20ème siècle ?
» Laquelle de ces Célébrités Féminines a selon vous les plus beaux yeux ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
forum échange ITBt 2016/2018 orleans :: La finance d'entreprise-
Sauter vers: