forum échange ITBt 2016/2018 orleans

lieu échange itbéiste
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Question 22 : Pourquoi dit-on que la banque est une entreprise comme une autre et en quoi se distingue-t-elle ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

La réponse apportée vous convient-elle?
 oui
 non
 je ne sais pas
Voir les résultats
AuteurMessage
farnier
visiteurs


Messages : 5
Date d'inscription : 27/02/2017

MessageSujet: Question 22 : Pourquoi dit-on que la banque est une entreprise comme une autre et en quoi se distingue-t-elle ?   Lun 27 Fév - 20:33

Intro :
Il y a encore 25 ans, la plupart des banques et des institutions financières étaient placées sous le contrôle de l’État. Beaucoup étaient spécialisées (Crédit foncier, Crédit agricole, Banques populaires, Caisses d’Épargne…), les taux d’intérêt étaient en grande partie administrés et la Banque de France encadrait le crédit.
Aujourd’hui, les banques se livrent à une concurrence sur tous les terrains. Le crédit et les taux d’intérêt ne sont plus administrés et, qu’elles soient privées ou mutualistes, elles ont de fortes exigences de rentabilité. Comme dans la plupart des secteurs d’activité, la concurrence limite les marges sur les produits et les services bancaires et pousse aux innovations. Pourtant les banques ne sont pas tout à fait des entreprises comme les autres mais comment s’en distinguent-elles ?



I. Qu’est-ce que L’entreprise Banque

1. Sa structure :
Bien qu’elle soit soumise par l’agrément de l’ACPR, une banque est une entreprise comme les autres qui respecte les 4 conditions
- Une finalité économique : généralement caractérisée par la volonté d’apporter satisfaction à ses clients.
- Une gestion des flux financiers (recettes et dépenses) qui soit équilibrée et si possible bénéficiaire
- La mise en œuvre de moyens matériels et/ou financiers dont l’optimisation économique suppose que l’utilisation soit organisée.
- Une communauté humaine composée : des entrepreneurs qui engagent les fonds et des salariés qui assument les tâches nécessaires.
La banque comme une autre entreprise :
- Contribue à la production nationale en créant de la richesse
- Pourvoie de l’emploi
- Est consommatrice de produits intermédiaires
- Est investisseur
- Est contributrice en matière d’impôts
- Est distributrice de dividende et de revenus.

2. Surmonter les défis de toutes entreprises :
- Une entreprise doit se développer : La recherche et développement en matière financière  est très présente. Elle est créatrice de nouveaux services subprime, warrant,  produits structurés. Mais aussi la création de services de gestion digitale pour les clients.
- Une entreprise soumise à une concurrence exacerbée : une exigence accrue des clients. Afin de préserver et consolider ses parts de marché, la banque doit se battre sur les tarifs et conditions, développer l’efficacité commerciale,  se démarquer de la concurrence par un meilleur niveau de qualité, soigner son image de marque. Le tout en étant rentable.
- La rationalisation des coûts : la banque a évolué vers un fonctionnement quasi-industrielle  afin d’être plus performante elle a mis en commun des équipements, des outils de traitement automatisé (ex centrale chèque, moyens de paiements)


II. Une entreprise à haut risque encadrée et réglementée

1. Rôle dans l’économie
- L’intermédiation bancaire : La 1ère fonction de la Banque est monétaire. Ceci consiste à garantir aux déposants la sécurité du dépôt et sa restitution (cours terme). Pour l’emprunteur, elle met à disposition momentanément les dépôts précédents pour faire des prêts  jusqu’aux échéances convenues (moyen long terme). Autrement dit elle est fournisseur de liquidités et s’y engage quoi qu’il arrive à l’un ou à l’autre de ses clients.
- Les 2 asymétries : elle est chargée de la transformation des informations, des échéances et des risques. Les ménages  déposent leur excédent de revenus non consommé, c’est l’épargne. Les emprunteurs ont besoins de liquidité. Ces 2 acteurs ne se connaissent pas et la banque corrige cette asymétrie d’information en se plaçant entre eux.
D’autre part en matière d’échéances, les durées d’épargne ou de prêt ne coïncident pas. La banque corrige cette 2ème asymétrie.

2. La gestion de risque :
- La banque corrige ces asymétries et gère les risques de défaillance des emprunteurs pour le compte des déposants. Si ce risque est mal géré et que trop d’emprunteur sont défaillant alors la banque ne pourra rembourser les déposants et c’est la faillite.
Inversement il suffit qu'une fraction importante de ses déposants décide de retirer ses avoirs pour qu'elle connaisse des difficultés. Si le montant des retraits dépasse celui des réserves, la banque est en effet obligée d'emprunter d'urgence, dans des conditions généralement défavorables, auprès d'autres banques. Sa profitabilité peut ainsi se détériorer très rapidement. Les déposants, inquiets pour leurs dépôts, peuvent rationnellement être tentés de retirer leurs avoirs, ce qui, en l'absence d'intervention extérieure, précipite la banque dans la faillite. De ce fait, la banque est constamment exposée au risque d'un mouvement de retrait des dépôts qui excéderaient ses réserves d'argent disponible.
- Le risque systémique : La défaillance d'un établissement peut avoir des répercussions importantes sur les autres banques, même individuellement bien protégées contre les risques qui peuvent les affecter (risque de crédit, risque de marché...). A cause des fortes interrelations entre banques, la chute de l’une peut entraîner la chute des autres. C’est ce qu’on appelle un risque de crise systémique. C’est ce qui a été vérifié avec la faillite de la banque Lehman Brothers à l’automne 2008. Ce risque est dû à un ensemble de facteurs. Lorsqu'une institution bancaire est en difficulté, elle va chercher à vendre une grande partie de ses actifs pour disposer de liquidités, ce qui risque de faire chuter le cours des marchés sur lesquels elle est présente.
De plus, en prenant connaissance des difficultés de la banque A, les déposants des autres banques risquent de ne plus faire confiance à leur propre banque et vont chercher à récupérer leurs dépôts, mettant ainsi l'ensemble du système bancaire en difficulté.


En conclusion, nous avons démontré que la banque fonctionne comme une entreprise classique. Elle a les mêmes exigences de développements, de rentabilité, de gestion du personnel. Elle a aussi les mêmes contraintes de concurrence et de rationalisation des coûts.
Parallèlement la banque est à part car  elle a des missions essentielles dans l’économie. Elle garantit les dépôts d’épargne des ménages et participe au financement de l’économie.
Le rôle et l’enjeu des banques étant essentiels, la Communauté Européenne et l’Etat interviennent pour encadrer leur fonctionnement. L’Etat réglemente la taille des banques pour limiter le risque du « to Big to fail ». Autre exemple l’application des accords de Bâle II impose aux banques de renforcer leurs fonds propres  en réponse à la faillite de Leman Brothers. Avec Bâle III, des travaux sont menés pour aller plus loin toujours dans le renforcement des fonds propres et des règles prudentielles. Même s’il se justifie, ce cadre légale devient plus exigeant que pour d’autres entreprises. Est-ce que la banque aura suffisamment de champs d’actions pour continuer à se développer de manière rentable ?
Revenir en haut Aller en bas
 
Question 22 : Pourquoi dit-on que la banque est une entreprise comme une autre et en quoi se distingue-t-elle ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dis, pourquoi on meurt ?
» Vivre sans compte en banque
» Question: pourquoi est-on sur Terre?
» Si on revoit pour les chars, pourquoi pas pour les navires?
» Pourquoi pas d'inscriptions marginales dans un acte ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
forum échange ITBt 2016/2018 orleans :: L'entreprise banque-
Sauter vers: