forum échange ITBt 2016/2018 orleans

lieu échange itbéiste
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

  Question 51 : Expliquez pourquoi un excès d'épargne peut-il être un danger pour la croissance ?

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 138
Date d'inscription : 16/01/2017

MessageSujet: Question 51 : Expliquez pourquoi un excès d'épargne peut-il être un danger pour la croissance ?    Mer 3 Jan - 16:03

Question 51 : Expliquez pourquoi un excès d'épargne peut-il être un danger pour la croissance ?

L’épargne constitue la fraction des revenus qui n’est pas consacrée à la consommation immédiate. Il existe plusieurs motifs à l’épargne. La précaution, les transactions futures, la retraite la spéculation…
Elle peut être donc conservée sous forme liquide ou injecté dans le circuit économique via les placements ou investissements. Tous les agents économiques peuvent épargner.
L’épargne est un facteur important de l’activité économique puisque il finance l’investissement. C’est la base de l’accumulation du capital.
La croissance économique est l’évolution de la richesse produite sur un territoire.
Nous pouvons donc nous demander en quoi l’excès d’épargne peut être néfaste pour la croissance.
Dans une première partie nous évoquerons les courants économiques et les conséquences d’un excès d’épargne sur l’économie puis nous étudierons les moyens pour lutter contre cet excès.

I L’excès d’épargne : limite de la croissance.

1 / Les courants économiques :

Pour les classiques et notamment pour Jean Baptiste Say l’offre crée sa demande. Toute production entraine le versement de revenu. Ceux ci permettent d’acquérir des outils de productions. Il ne peut y avoir ni crise de surproduction puisque l’offre rencontre toujours sa demande via le marché ni thésaurisation puisque épargne égal investissement.

Les néoclassiques eux mettent en lien épargne et croissance sur le marché des capitaux. L’épargne constitue l’offre et la demande l’investissement. Le taux d’intérêt est le prix de la renonciation à une consommation immédiate c’est le prix d’équilibre.
L’épargne est une vertu. Elle permet l’investissement. Plus il y a d’épargne plus les taux d’intérêts diminuent et plus l’investissement augmente. Pas d’épargne pas d’investissement et donc pas de croissance économique.

Pour Keynes un excès d’épargne limite les débouchés en raison d’une insuffisance de la consommation. Dans la « Théorie générale de l’emploi et de l’intérêt de la monnaie », Keynes donne cette définition de l’épargne : « L’épargne constitue tout ce qui, dans le revenu, échappe à la consommation ». Il définit l’épargne comme un résidu, déterminé par le niveau des revenus des agents économiques. Ils privilégient la consommation et consacrent le reste de leurs revenus à l’épargne ou la thésaurisation en fonction du taux d’intérêt.
Pour lui, l’épargne n’est pas un préalable à l’investissement mais qu’au contraire l’investissement, via le mécanisme de multiplicateur, crée l’épargne nécessaire à son financement. En effet, le niveau des investissements ne dépend pas uniquement de la quantité d’épargne, il est déterminé par les débouchés anticipés pour la production.
Une situation d’excès d’offre généralisée peut résulter d’une insuffisance de la demande effective des ménages qui privilégient l’épargne de précaution face à un avenir incertain, voir même une épargne de spéculation. L’excès d’épargne est alors la manifestation d’une insuffisance de débouchés pour l’activité économique, et constitue par ailleurs une source de sous-emploi du facteur travail. La croissance économique peut être ainsi insuffisante.
L’épargne peut donc avoir des effets néfastes sur la croissance car elle vient diminuer la demande effective qui détermine le niveau de production des entreprises. Keynes pense que l’épargne ralentie la croissance et qu’elle doit être découragée car elle pourrait être un frein à la relance économique par la demande.

2 / La vision des ménages et des entreprises :

Le taux d’épargne 2015 en France est de 15,3%. Il était de 16,2% en 2009 puis il a grandement diminué en partie à cause de la hausse des prélèvements obligatoires.
La croissance économique est elle de 1,1% sur 2015 avec une perspective à 1,5% sur 2016. La consommation est le 1er levier de la croissance française. + 0,6% en 2014.
Les ménages sont inquiets et constituent une épargne de précaution afin d’anticiper une éventuelle perte d’emploi. Ils anticipent un avenir incertain et de ce fait reportent leur consommation, leurs investissements. Cette hausse d’épargne constitue un danger pour la croissance puisque la consommation n’augmente pas.
L’épargne permet aussi de financer les investissements des entreprises. Les bénéfices dégagés par les entreprises sont soit consommés via l’investissement soit épargner.
Actuellement l’investissement est en berne. Les entreprises anticipent une faible demande de la part des ménages et ne cherchent donc pas à investir.
Ce choix de ne pas investir pénalisent la globalité du secteur économique dans laquelle elle se situe puisque tous les prestataires et sous traitants peuvent souffrir de ses anticipations. Les embauches ne sont pas non plus stimulées du fait du manque d’investissement des entreprises et de leurs préférences pour l’épargne. Ainsi un excès d’épargne pour les entreprises a un impact non négligeable sur la croissance.

II Le cercle vicieux engendré par l’excès d’épargne

Face à cette hausse de l’épargne et aux dangers pour la croissance les instances européennes ont pris des mesures via une politique monétaire offensive.
Les taux directeurs sont très faibles et la BCE injecte énormément de liquidités sur les marchés.
Le but de ces actions est de réorienter les liquidités sur la consommation et le crédit plutôt que sur l’épargne. Les agents économiques du fait des taux très bas sont incités à contracter un crédit pour augmenter leur consommation.
Les taux d’épargne de plus en plus faibles doivent normalement dissuader les épargnants de conserver leur épargne monétaire afin de le réaffecter aux marchés facilitant par la même le financement des entreprises. Notre taux d’épargne reste cependant le second d’Europe derrière les allemands 16%.
L’augmentation de la consommation des ménages par le crédit fait augmenter la demande et doit inciter les entreprises à augmenter leur productivité, leur consommation et les embauches. Cette hausse d’activité doit mécaniquement augmenter le CA des entreprises les revenus et donc la consommation des ménages.



Les effets :

Cette relance par la consommation due à l’excès d’épargne peut cependant avoir des effets négatifs.
S’il on a pu voir les effets vertueux de cette baisse du cout de la liquidité nous pouvons aussi mettre en avant les effets négatifs.
Les ménages consomment plus et de ce fait les entreprises confrontées à cette hausse de la demande vont augmenter leur consommation, augmenter les embauches et investir dans du matériel.
Cette hausse de la consommation du coté des ménages mais aussi chez les entreprises liés à un endettement plus important augmente leur risque d’insolvabilité en cas de retournement du cycle économique.
Du point de vue des marchés la survalorisation des actifs va se traduire par l’apparition de bulle spéculatives qui en éclatant va nécessité une hausse des besoins de liquidités.
Hausse de liquidité peut engendrée une hausse de l’inflation. La demande effective se retrouvera supérieur à l’offre, les prix augmenteront et le pouvoir d’achat diminuera.

Nous avons pu voir que les différentes théories économiques ont des visions opposées quant à l’impact de l’épargne sur la croissance.
L’excès peut être à l’origine de déséquilibres pouvant engendrer une surconsommation de crédit, des déficits publics.
L’excès d’épargne freine donc la croissance et conduits les gouvernements à réagir avec la mise en place de politique monétaire ultra expansionniste
Un équilibre doit être trouvé entre insuffisance d’épargne qui peut induire un manque d’investissement et excès qui peut être néfaste sur la consommation et donc la croissance mais comment trouver cet équilibre ?
Revenir en haut Aller en bas
http://orlitb20172019.forumactif.com
 
Question 51 : Expliquez pourquoi un excès d'épargne peut-il être un danger pour la croissance ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Voilà un gars dont ses descendants vont rigoler pour faire sa fiche généalogique
» Votre destination préférée
» Fleur de Bach pour enfants : comment le donner ?
» Liquide amniotique
» POUR OU CONTRE LE FELIWAY?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
forum échange ITBt 2016/2018 orleans :: Les connaissances économiques 2018-
Sauter vers: